Je suis un tigre.
Ou plutôt une tigresse.

Ben oui. ça vous étonne ?
Moi non. Je le sentais venir depuis longtemps. J'entendais la jungle m'appeler de sa voix languide.
Mon coeur se serrait, pris d'une étrange nostalgie lorsque les rugissements me parvenaient.

Le tigre peut quitter la jungle mais la jungle ne quitte jamais le tigre.

Certains ont essayé de me capturer, de me mettre dans une cage. Ils ont tenté de me faire apprendre des numéros de cirque. Fais la belle, donne la patte, saute, saute !
Ceux là... je les ai bouffé. Fallait pas me chercher.

D'autres ont essayé de m'apprivoiser. Par mille caresses, en douceur.
Mais...
Les caresses n'ont jamais changé le tigre en chaton.
Ils se sont fait bouffer aussi.

Un seul a su trouver mon coeur de tigre et il est le seul à l'avoir compris. Il est le seul qui a perçu que derrière la bête qui rugit se cache surtout un fauve blessé. Il n'a rien pu faire pour moi, mais sa compassion et son empathie m'ont fait du bien. Lui, je ne l'ai pas dévoré. Quelque chose le ronge déjà. Une blessure si vieille qu'elle ne guérit pas, elle suppure. Alors, j'essaie de lécher un peu ses plaies. Parait que la salive de tigre, c'est un antiseptique naturel.

Parfois c'est dur d'être un tigre. Les gens s'enfuient en hurlant "aahhh un tigre!!". Ils ne voient que les rayures et ils croient tout savoir de moi.
Un tigre c'est solitaire. Un tigre c'est seul. Un tigre c'est câlin.

Les tigres sont romantigres, ils ont le coeur plein de miel. Si les jaloux les dénigrent, c'est qu'ils sont exceptionnels. Les tigres sont des animaux merveilleux, donc je suis merveilleux (chanson de Tigrou ).

En conclusion: mieux vaut vivre vingt cinq jours comme un tigre qu'un millénaire comme un mouton.